A la croisée des chemins, avons-nous tant besoin de souffler un peu ?
D’enfin oser, d’enfin se retourner, souvent hagard au sourire de l’autre
De poser sa peine quelques instants et de partir en royaume de sacrifice,
De sacrifice et de lumière…

A toutes ces senteurs d’horizons mirifiques et joyeuses, s’ajoute le long déchirement
Du présent, celui du voile de ce monde, vacillant sous le joug de ses propres coups.
Un seul serment, sans mot ni déclaration dans ces lieux sanctifiés par l’espoir des hommes
Les sanctuaires de la piété où m’a-t-on dit la ferveur n’a d’égale que  la grandeur.
Un seul hymne, un seul contentement à l’écho d’un seul amour…
Un seul cœur pour deux âmes minuscules flottant dans les myriades.
Un seul chant qui se multiplierait à l’infini, sur chaque bulle nuptiale montant en paradis
L’écho rebondissant des souvenirs comme d’autant de sphères d’amour jaillissantes
En ce monde de non-matière, plus d’impossibilité, plus de frontière, plus de guerre
Sacrifice et lumière...

Il  faut prendre notre courage et arpenter parfois les sombres couloirs entre passé et avenir
Se souvenir que nous ne sommes que joyaux de chair en notre mère la terre
Que la lumière brille toujours pour ceux encore liés à leur innocence
Que tous les temples, églises, synagogues et mosquées nous offrent sa splendeur
Eut-il l’infiniment infini comme nature et forme, il n’en demeure pas moins ce qu’il est
Cet absolu, cette quiétude, cette offrande, cet amour…dans lequel nous puisons notre humanité.
Il est bien là, si présent, tellement particulaire, tant ordinaire
Que personne ne le voit, lui qui voit en chacun…
Sacrifice et lumière...

Plus besoin de décortiquer les antiques secrets, plus besoin d’avoir peur
Nous sommes en pays éternel, s’ouvrir comme une fleur aux ardeurs des matins
Sentir sa vaillance et sa force à travers des baisers  sans-forme
Chérir et goûter un invisible imaginaire aussi parfait que la destinée
Froisser l’image agacée de l’aimée et offrir son souffle aux lueurs impalpables
Partager autant d’instants qu’on veut parce qu’on le veut
Porter chaque rêve  au sommet de sa gloire, et le vivre à deux
Flotter en bulle bonheur dans le creux de ses mains bienveillantes et infinies
Construire les futurs et attendre l’heure de son rendez-vous
Sacrifice et lumière...

Un soir tombant, demain ou bien plus loin, nous tomberons avec lui
Nos écorces retrouveront la terre et bâtiront de nouveaux cycles
Nous entrerons alors une fois de plus dans la grande tornade des destinées
A moins que nous n’ayons la clé qu’il nous fallait trouver en royaume des hommes
Sacrifice et lumière

::ZORG::
SACRIFICE & LUMIERE