Texte ou pas = clic gauche de la souris
Parfois pour elle, tantôt pour moi
Noirs et futiles chrysanthèmes
Un tombeau vide de compassion
Pour toute récompense du système.

Parfois pour moi, tantôt pour lui,
Lumineux et cruel dilemme...
Un espace souillé et contrit
Pour toute espérance, le temps qui fuit...

Au  diable vos codes et vos lois
Ils ne sont rien dans nos cœurs
Au diable fisc, huissiers, avocats
Nous n’avons pas les mêmes valeurs

Aux anges nos idées et nos croyances,
Nos codes barres et nos empreintes digitales
Aux anges nos espérances passives, nos errances,
Nous n'avons pas le même idéal

Plus de gouvernement, plus de frontières
Plus d’asservissement, de conditionnement
Plus de mensonge, plus de serment,
On ne rackette pas la misère…

Plus de déforestation , plus de barrières
Plus d'oppression, plus de guerres
Plus de soumission, plus de ciment
On ne cloisonne pas les âmes réfractaires

Mais oui, ça commence par là,
Un courage que tout le monde n’a pas,
Point de labyrinthe sans issue valable
Plus de compromis instables

Mais oui ça se termine comme ça
Un courage que tout le monde n'a pas,
Pas de chemin infranchissable
Point de don de soi passable...

Que de consciences sacrifiées
Au panthéon des bouffons
La fierté de la connerie béatifiée
Au nom d’un monde abscons

Que d'énergie gaspillée
Au  théâtre des condamnés
Sous les palabres de tous ces cons
Pas question d'être un mouton...

Tourner le dos à ce que l'on endure
Jeter son café contre un mur
Fracasser la tasse pour sûr
Et taire son rire dans un murmure

Le droit d'être d'accord,
Bien évidemment, mais avant d'avoir raison
Rappelle toi cette règle d'or :
La conscience est ta maison...

Le droit de ne pas être d’accord…
Bien sûr !, mais avant d’avoir tort
Souviens-toi bien et répond,
Qui es-tu à part ton nom ?

Souviens-toi bien et répond,
Qui es-tu à part ton nom ?
Qui es-tu à part ton nom ?
Qui es-tu à part ton nom ?


(c) juillet 2009 Zorg & Sam
UN MONDE ABSCONS